Créer une newsletter qui suscitera l’envie de l’ouvrir, de la lire et de créer de l’engagement n’est pas aussi difficile que vous ne le pensez. Nous allons vous donner des conseils pour créer une newsletter performante.

Les newsletters peuvent être une excellente façon d’engager vos lecteurs et de créer de la confiance avec votre marque. Cependant, il y a quelques règles à respecter et des pièges à éviter.

Choisir le bon modèle pour votre newsletter 

Vous devez sélectionner un modèle qui correspond à votre propre image et sois responsive. Rappelez-vous qu’environ 56% des ouvertures d’emails se font sur mobile. Avoir un design simple se prêtera à plusieurs tailles d’écran avec moins de problèmes.

La flexibilité peut également vous faire économiser beaucoup de temps. Selon la période de l’année, vous pourrez avoir à envoyer seulement une newsletter mais ce ne sera pas toujours le cas. C’est pourquoi avoir un modèle qui s’adaptera facilement à votre contenu peut être très utile.

Le contenu de votre newsletter 

Si vous objectif est de vendre un produit alors il sera tentant de publier une liste d’offres dans votre newsletter. Vous pouvez le faire, mais vous devrez utiliser des offres qui correspondent au profil et envies de vos lecteurs. Inutile d’encombrer sa boite mail d’informations inutiles vous pourriez vous retrouver dans les spams !

Essayez d’utiliser la newsletter comme un moyen d’ajouter une certaine personnalité à votre entreprise et aider à établir un lien entre vous et votre public. Utiliser des tactiques plus informatives, telles que des conseils sur vos produits, et rendre le contenu amusant et engageant pour l’utilisateur.

Une partie de votre contenu qui se distingue est l’objet de la newsletter. Cela est souvent considéré comme la partie la plus importante de l’e-mail, comme beaucoup le savent c’est toujours la première impression qui va déterminé l’issue et c’est souvent au premier coup d’oeil que ca se décide. Il est donc important de soigner l’objet de votre newsletter. Cela étant dit, il est toujours utile de s’assurer que chaque élément de votre e-mail soit de qualité équivalente.

Planifier et respectez une certaine fréquence pour vos newsletters

Plus vous solliciterez votre liste, plus vos taux de réponse d’ouverture et d’action vont diminuer. Il est conseillé d’envoyer une newsletter par semaine. Vous constaterez au fils de vos envois qu’il y a des jours et des créneaux horaires qui portent plus de fruits, il faudra donc analyser votre audimat et vous adapter.

Selon certaines études, les taux d’ouverture sont meilleurs les mardis et jeudis aux alentours de 14h.  Cependant, cela peut varier massivement. Par exemple, si votre audience ouvre la plupart des courriels sur les appareils mobiles, vous constaterez que votre taux d’ouverture peut être plus fort beaucoup plus tard dans la journée.

Vous pouvez aussi diviser votre liste au hasard, puis envoyer à chaque segment votre newsletter à un moment différent et de voir quel segment obtient la meilleure réponse. Continuez à faire ceci jusqu’à ce que vous trouviez votre meilleur créneau horaire.

Si vous venez de commencer et que vous avez seulement une poignée d’abonnés à votre liste, ou même pas du tout, optez pour les mardis et jeudi à 14h.  Concentrez-vous sur la construction d’une base d’abonnés, puis commencez à tester comme décrit ci-dessus. De cette façon, vous donnerez à votre public le temps de se développer et de se familiariser avec vos temps d’envoi.

Si vous avez une offre promotionnelle prévue privilégiez cette offre en la couplant à votre newsletter plutôt que de solliciter plusieurs fois vos abonnés. Il vaut mieux se focaliser sur la qualité que la quantité que d’essayer de faire trop et risquer une baisse de la qualité.

Faites de l’A/B Testing ! 

C’est peut-être la section la plus importante de notre article. Les erreurs commises lors de la création de votre newsletter peuvent être trouvées et corrigées par des tests appropriés. Cela vous aidera à établir ce qu’il faut envoyer, quand l’envoyer et à qui l’envoyer. Testez et apprenez devrait être le principe primordial de votre campagne d’email.

Ce qu’on appelle l’A/B testing c’est le fait de créer deux versions et de mesurer les forces et faibles des deux versions. La première étape peut être de tester votre modèle. Pour ce faire, vous aurez besoin de diviser votre auditoire en deux, essayez de créer deux segments aléatoires et de taille égale.

Pour ce faire il ne faudra différencier vos versions que par le design. Il est important de minimiser tout ce qui peut affecter les résultats qui n’est pas le design lui-même. Vous devez utiliser le même contenu, la même ligne d’objet et la même heure sur les deux versions sinon il sera de juger de l’efficacité d’un modèle face à un autre. Par la suite vous pourrez envisager différents type d’A/B testing, plus poussés mais chaque chose en son temps.

Entretenez votre liste d’abonnés 

Un problème commun avec les newsletters est la stratégie utilisée pour gérer les inscriptions. Il est souvent très simple de s’abonner mais souvent l’utilisateur n’a pas de moyens facile de se désabonner (c’est son droit), et finalement n’ayant pas cette possibilité ils finissent par vous signaler comme spam. Pour éviter cela, une liste doit être maintenue propre et il doit être très facile de se désabonner. La plupart des plates-formes de messagerie vous obligeront à avoir un bouton de désabonnement car c’est une obligation légale.

C’est aussi pourquoi vous devriez suivre le nombre d’envois et d’ouvertures qui se produisent dans votre liste et de rechercher les utilisateurs qui n’ouvrent pas vos e-mails. Cependant faites attention car le taux d’ouverture peut être faussé car il basé sur les images chargées dans le mail.

Les clics quant à eux peuvent être enregistrés avec précision, de sorte que vous savez si quelqu’un ne clique pas ou jamais – alors il n’est probablement pas intéressé. Si un destinataire de 5 emails consécutifs n’a pas ouverts ou cliqués, demandez-vous s’il veux vraiment recevoir vos informations.

Vous pouvez essayer de réactiver ces personnes en leur envoyant un email personnalisé. Cela peut être une offre exclusive pour eux simplement demander s’ils veulent toujours être abonné à la newsletter. Un manque de réponse peut signifier que vous pouvez les supprimer de la liste.

Ce que vous ne voulez pas, c’est que votre courriel soit capturé comme spam. Imaginez le coup que prendrait votre image de marque du fait d’être pris en sandwich entre celui qui vous annonce qu’un cousin lointain est décédé et qu’un héritage vous attend ou encore les 100 millions de gains non réclamés loterie …

Il est maintenant l’heure d’envoyer votre première newsletter ! 

Le temps est venu de frapper le bouton, le contenu est riche et intéressant, la ligne d’objet pertinente et accrocheuse et vous avez compris comment faire une newsletter parfaite.  Vous appuyez sur envoyer et, oops, vous vous rendez compte que vous venez d’envoyer une erreur flagrante aux 3000 personnes sur votre liste. Aie. C’est arrivé à tout le monde, y compris nous, ce qui explique pourquoi nous utilisons une liste de contrôle avant d’envoyer une newsletter. Voici un exemple que vous pourrez adapter à votre activité :

1. Est-ce que le nom d’expéditeur affiché est le bon ?

2. Avez-vous renseigné la bonne adresse e-mail d’expéditeur ?

3. Votre newsletter est-elle dépourvue de fautes d’orthographe ?

4. Est-ce que le nom du destinataire et la formule usuelle de salutation sont correctement affichés ?

5. Avez-vous créé un lien sur l’en-tête de la newsletter ainsi que sur le logo ?

6. Avez-vous créé des liens adéquats sur les images ?

7. Avez-vous donné un titre à vos liens et vos images ?

8. Vos liens pointent-ils vers les bonnes pages ?

9. Communiquez-vous vos coordonnées ?

10. Le lien de désinscription fonctionne-t-il ?

11. Vous êtes-vous envoyé un e-mail test ?

12. Est-ce que la newsletter est affichée correctement, même sur les smartphones et tablettes ?

Conclusion

La création de newsletter axés sur la qualité et l’honnêteté est vraiment la meilleure politique. Essayer d’inciter quelqu’un à ouvrir un courriel avec une ligne d’objet trompeuse n’est pas une stratégie conseillée. Cela pourrait vous valoir plus de désabonnement et plus de plaintes. Nous avons déjà suffisamment de pollueurs dans nos boîtes de réception, faites en sorte de ne pas y participer.

Mots clés associés :, , , ,